Spotify et les artistes : 1 LP = 47 680 « streams ».

I’m sure each generation of musicians feels they’ve lived through a time of tremendous change, but the shifts I’ve witnessed in my relatively short music career– from morphing formats to dissolving business models– do seem extraordinary. The first album I made was originally released on LP only, in 1988– and my next will likely only be pressed on LP again. But in between, the music industry seems to have done everything it could to screw up that simple model of exchange; today it is no longer possible for most of us to earn even a modest wage through our recordings.

Damon Krukowski de Galaxie 500

Pour ceux qui, comme moi, entrevoyaient un espoir pour les artistes dans les services de streaming (payants) qui se multiplient sur la planète, une lecture qui lève le coeur, dans laquelle Damon Krukowski additionne littéralement les sous noirs qu’il reçoit de Pandora et Spotify pour le catalogue d’un de ses groupes éternellement émergents (Galaxy 500).

Lecture dans laquelle on apprend qu’il faudra 312,000 passages sur Pandora ou 47,680 passages sur Spotify pour donner à ses auteurs-compositeurs des droits d’auteurs correspondant à un seul long-jeu!

Mais il ne faudrait peut-être pas se surprendre si les services de streaming en-ligne font si peu de cas de la rémunération des créateurs de contenu. Il y a longtemps que l’industrie musicale a été vampirisée par des investisseurs qui cherchent d’abord et avant tout à attirer du capital et à recracher des dividendes, pas à attirer des artistes et à produire des disques.

as Spotify’s CEO Daniel Ek has put it, « The question of when we’ll be profitable actually feels irrelevant. Our focus is all on growth. That is priority one, two, three, four and five. »

[…] music itself seems to be irrelevant to these businesses– it is just another form of information, the same as any other that might entice us to click a link or a buy button on a stock exchange.

Galaxy 500 offre maintenant ses albums gratuitement sur Bandcamp. Tant qu’à compter les sous noirs.

À lire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s