« Loudness War » – des chiffres

Vous aimez la musique dynamique?

Je ne parle pas de musique bruyante. Je parle de musique dynamique!

Comme dans: contraste entre les sons les plus forts et les plus faibles. Attaque soudaine. Accalmies subtiles.

Les contrastes sonores font partie de la vie. C’est une arme redoutable entre les mains des musiciens pour sculpter leurs paysages auditifs.

Et c’est une qualité en voie de disparition.

Au moment où les systèmes sonores deviennent chaque jour plus performants, plus dynamiques et rapides, où les enceintes deviennent plus efficaces et, conséquemment, plus aptes à réagir rapidement à un contraste de décibels, voilà qu’une nouvelle génération d’ingénieurs de son et au mastering biffent la dynamique, l’annihilent, mettent en place des peak limiters et des compresseurs et ramènent la plage dynamique à un minuscule 10 dB… ce qui permet à ceux qui écoutent la musique dans leur voiture et leur i-pod de percevoir, au-delà du bruit de fond, les détails les plus subtils du mixage, mais ça aux dépens de la plage dynamique, et donc, de la réalité du son.

Mais cette descente vers le lo-fi (basse-fidélité du son) n’est pas uniforme. La musique classique y échappe, le jazz aussi. Et quand aux vieux succès rock et pop qui remontent à une quarantaine d’années, tout dépend qui en signe le remastering.

Pour vous en convaincre, regardez le tableau qui suit! D’abord, la musique  classique.

MUSIQUE CLASSIQUE

Artiste

Pièce

Étiquette (Année)

Peak

Moy

Écart dynamique

Stravinsky

OSM

C. Dutoit

L’oiseau de feu

(disque entier)

London (1986)

32.26

Arvo Part

(Gidon Kremer

Keith Jarrett)

Frätres

ECM (1984)

-2.69

-32.83

30.14

 

Martha Argerich

Prokofief

Concerto pour piano no 3, 1er mouv

DG (1967)

-0.63

-24.88

24.25

 

Schubert (Julliard Str Quartet)

Quatuor no 15, 1er mvment

CBS (1983)

-4.00

-28.00

24.00

 

JS Bach (Anner Bylsma)

Suite pour violoncelle 1

Sony (1992)

-4.65

-24.78

20.13

La superbe prise de son d’ECM de Keith Jarett et Gidon Kremer interprétant Arvo Pärt est d’un réalisme saisissant et réalise des pointes de plus de 60 dB de dynamique sur une attaque fortissimo du violon et du piano, avant la 6e minute. Avec une dynamique moyenne de 30 dB, cette prise de son est « head and shoulders » au-dessus des autres!

Mais avec des dynamiques au-dessus de 20 dB, on voit que la culture musicale classique favorise la restitution des volumes sonores.

Qu’en est-il des jazz, blues et musiques du monde acoustiques?

ald

The Cole Porter Songbook

JAZZ, BLUES, WORLD BEAT

Artiste

Pièce

Étiquette (Année)

Peak

Moy

Écart dynamique

Patricia Barber

Cafe Blue

Nardis

Blue Note (1994)

-0.15

-25.89

25.74

Jacky Terrason

Reach

Happy Man

(1996)

Blue Note

(1996)

-1.46

-26.81

25.35

Brad Mehldau

 Art of the Trio Vol. 5 (live)

River Man

WEA (2001)

0.00

-21.79

21.79

Miles Davis

Kind of Blue

So What

Sony (1959, remix et remaster 1999)

-0.57

-21.93

21.36

John Zorn & Masala

Vol. 6

Nevalah

DiscUnion (1986)

-0.09

-21.30

21.21

Wayne Shorter

Alegria

Bacchanas Brasileiras

Verve (2003)

-0.42

-21.26

20.84

Ella Fitzgerald

Anything Goes

DCC (1956, remaster Hoffman)

0.00

-19.95

19.95

 

Toumani Diabate

Mandé Variations

Si Naani

Nonesuch (2008)

-0.99

-20.55

19.56

 

Sonny Rollins

Saxophone Colossus

St Thomas

OJC (1956 mono, remaster 88?)

-0.96

-20.49

19.53

John Zorn & Masala

Vol. 6

Nashon

DiscUnion (1986)

-0.09

-19.23

19.14

 

Diana Krall

The Girl In The Other Room

Departure Bay

Verve (2004)

0

-18.05

18.05

 

Cassandra Wilson

New Moon Daughter

Death Letter

Blue Note (1995)

0.00

-17.98

17.98

 

Don Byron

Bug Music

Dirty Glide

Nonesuch (1996)

-0.08

-16.69

16.61

 

Bob Walsh

En spectacle/live

Ma toune

___-1998

0.00

-15.12

15.12

Ce que je trouve formidablement révélateur, c’est de voir que des enregistrements mono de 1956 (Fitzgerald, en big band, et Rollins en quatuor) ont une plage dynamique tout à fait comparable à des enregistrements récents et que même le disque-phare du jazz west coast (Kind of Blue), smooth et velouté, offre une dynamique de plus de 20 dB. Et dans le cas de Rollins et Davis, on ne parle même pas des masterings de référence!

Et voilà qu’on arrive au chapitre triste de l’histoire; chapitre chronologiquement de plus en plus triste…

POP, ROCK, ÉLECTRO

Artiste

Pièce

Étiquette (Année)

Peak

Moy

Écart dynamique

Onde

Talk Talk

Laughing Stock

Taphead

Polydor (1991)

-1.62

-27.17

25.55

 

Genesis

A Trick of the Tail

Mad Man Moon (1976)

Atco, mastering original (Diament, années ’80)

-1.17

-23.13

21.96

 

Remix Nick Davies (2008)

0

-17.57

17.57

 
 

Steely Dan

Aja

Aja (1977)

MCA (Steve Hoffman, 1977)

-.75

-22.62

21.87

 

The Eagles

Hotel California

Hotel California (1976)

Edition DCC (Steve Hoffman)

0.00

-20.18

20.18

 

David Sylvian

Dead Bees On A Cake

The Shining Of Things

(1999)

Virgin (1999)

-0.48

-20.56

20.08

 

Led Zeppelin

II

What Is And What Should Be

(1969)

Remastering

Marino/Page (1994)

-0.66

20.73

20.07

Mastering digital original, Barry Diament (années ’80)

-1.79

-21.49

19.70

 

Shawn Phillips

Second Contribution

Woman / Keep On / SleepWalker / Song For Mr. C

(1971)

Master digital original (années ’80)

-1.33

-21.34

20.01

 

Pink Floyd

The Dark Side of the Moon

Us And Them / Any Colour You Like / Brain Damage / Eclipse

(1973)

BlackTriangle 1A1 Sony Japan (1981)

-5.59

-25.55

19.96

 

Talking Heads

Remain In Light

Born Under Punches

(1980)

Sire (1980, mastering digital original)

-3.41

-23.29

19.88

Remaster DVD-A 96/24 (2006)

0

-14.77

14.77

Remaster CD (2006)

-8.00

-22.59

14.59

 

Kate Bush

A Sky Of Honey

A Sky Of Honey (intégral)

(2005)

Mastering original (2005)

0.00

-19.53

19.53

 

Joanna Newsom

YS

Emily

(2006)

Drag City (2006)

-0.16

-19.58

19.42

 

Harmonium

L’heptade

Le premier ciel

(1976)

CBS – Mastering digital original

-0.47

-19.55

19.08

 

Paul McCarney

Band On The Run

Band On The Run

(1973)

DCC 1993 (Steve Hoffman)

0.00

-18.62

18.62

EMI 1993 (Peter Mew)

-1.23

-17.73

16.50

 

King Crimson

In The Court…

Epitaph

(1969)

DG (1969, remaster 2004)

-0.08

-17.65

17.57

 

Björk

medulla

Ancestors

(2004)

Couche redbook du SACD 2004

0.00

-17.55

17.55

 

Bliss

Quiet Letters (U.S. Edition)

Long Life To You My Friend

(2005)

Promo copy

-0.26

-17.55

17.29

 

Zacharie Richard

Cap Enragé

Aux Natchitoches

(1996)

1996, mastering digital original (Yves Delauney)

-0.47

-17.25

16.78

 

Paul McCartney

McCartney

Every Night

(1970)

DCC (Steve Hoffman)

-0.81

-16.39

15.58

Hits and History (Peter Mew)

-1.15

-13.85

12.70

 

Jimi Hendrix Experience

Electric Ladyland

Voodoo Child (Slight Return)

(1968)

Reprise américain (années ’80)

-1.43

-19.97

18.54

 

Jimi Hendrix Experience

Electric Ladyland

Polydor européen (années ’80)

-0.17

-16.15

15.98

 

Jimi Hendrix

The Ultimate Experience

MCA mastering HDCD

-0.52

-14.21

13.69

 

Jimi Hendrix Experience

Electric Ladyland

1997 Eddie Kramer Remastering

0.00

-12.38

12.38

 

Rolling Stones

Beggar’s Banquet

Stray Cat Blues

(1969)

Atco (1969, remaster DSD 2002)

0.00

-15.46

15.46

 

Peter Gabriel

Up

Sky Blue

(2002)

Couche redbook du SACD

0.00

-14.38

14.38

 

Burial

Untrue

Untrue

(2007)

Hyperdub (2007)

-0.19

-14.52

14.33

 

Björk

Post

Hyper-Ballad

(1995)

One Little Indian (1995)

-0.04

-13.95

13.91

 

Massive Attack

Mezzanine

Angel

(1998)

Virgin (1998)

-0.03

-13.86

13.83

 

Bob Dylan

Love and Theft

Cry A While

(2001)

Sony (2001)

0.00

-13.18

13.18

 

Animal Colective

Merriweather Post Pavillion

My Girl

(2009)

Domino (2009)

-0.09

-12.64

12.55

 

Arcade Fire

Funeral

Wake Up

(2004)

Merge (2004)

0.00

-11.68

11.68

 

Porcupine Tree

Deadwing

Arriving Somwhere But Not Here

(2005)

DVD-A (24/48)

0

-11.64

11.64

 

Portishead

3

Machine Gun

(2008)

Mercury (2008)

-0.09

-10.89

10.80

 

Chemical Brothers

Dig Your Own Hole

Electrobank

(1997)

Virgin (1997)

-0.01

-10.47

10.46

 

Radiohead

In Rainbows

Weird Fishes

(2008)

tbd (2008)

-0.09

-10.20

10.11

J’ai placé ces albums par ordre décroissant de dynamisme. Or, de manière aberrante, ça m’a donné aussi des albums placés par ordre chronologique. C’est à dire qu’à mesure que la technologie s’améliore, le produit présenté est de moins en moins de qualité!

On fait une exception avec David Sylvian, dont les albums sont des sculptures sonores magnifiques et qui, évidemment, ne se prive pas de dynamisme (à noter que ses enregistrements sont digitaux, pas analogues, ce qui prouve que ça n’a rien à voir!). Par la suite, les albums les plus dynamiques sont de vieux enregistrements de 68 et 69 (remasterées par des mains expertes cependant) avant la descente aux enfers dans le rock contemporain et ses ridicules 10 dB de dynamique. Plus nous avançons dans le temps, moins la plage dynamique est étendue, et même un album résolument lo-fi comme le formidable Funeral de Arcade Fire d’il y a 3 ans utilise plus de plage dynamique que le tout récent In Rainbows de Radiohead (sur une pièce tout en montée dramatique avec climax en plus!).

Maintenant, que Portishead compresse ses pièces, on pourrait croire que c’est un choix esthétique conscient et même participant de l’impact. Mais quand un album de art-rock complexe et riche comme celui de Radiohead est moins dynamique que du Arcade Fire, c’est quelque chose de carrément aberrant. Je me demande comment Robert Ludwig, l’ingénieur au mastering et dont la signature était recherché dans les vinyles il y a 30 ans, considère son propre travail!

Encore plus absurde: les remasterings d’albums classiques où on gâche les avancées technologiques des convertisseurs modernes, réputé de loin supérieurs à ceux des années ’80, en se livrant à la compression dynamique.

Le divorce entre haute-fidélité et rock est-il irréversible???

ADDENDUM: Plusieurs réactions sur le forum de QAV sur le sujet. Lorsqu’on est à la fois audiophile et mélomane, on comprend que la tendance actuelle (le loudness war) est une recette pour le désastre, et que l’industrie du disque a de nouveau trouvé une manière de se tirer dans le pied.

Parmi les disques récents qui attirent l’animosité des audiophiles pour leur dynamique réduite, les derniers Metallica et Bruce Springsteen. L’ami Trudo du forum m’envoie deux extraits d’une minute de Metallica, séparés d’une vingtaine d’années, et avec deux philosophies bien différentes du mastering. L’extrait tiré du dernier Like Death, suivant la mode lo-fi, offre un gros 10.16 dB d’écart dynamique. Pour fins de comparaison, un extrait de Master of Puppets (1986), masteré par Steve Hoffman pour la compagnie audiophile DCC: 18.5dB de dynamique. Dans ce cas, les chiffes ne font que confirmer ce que nos oreilles nous disent. Même dans le cas d’une musique rock rageuse, la compression au mastering ne fait que détruire l’intelligibilité du signal.

À l’autre extrémité du spectre audiophile, Patricia Barber, une chouchou de la crowd audiophile, a offert une relecture magnifique de la célèbre pièce de Miles Davis Nardis sur son Cafe Blue. 25.74 dB de dynamique nous permettent d’apprécier toutes les subtilités dynamiques des arrangements toujours très spéciaux de Miss Barber (merci encore à trudo pour cet exemple).

Un préféré personnel dans la sphère pop-rock: Aja de Steely Dan, masteré par Steve Hoffman, du temps de son passage chez MCA. Spectaculaire solo de batterie de Steve Gadd, des arrangements riches et complexes, une pop qui sonne bien à la radio AM, au FM ou sur votre système haute-fidélité. À 21.7 dB d’écart dynamique moyen, c’est la meilleure lecture en rock-pop qui apparaît sur les tableaux plus haut, de même que miss Barber est la plus dynamique en jazz.

Publicités

1 commentaire

  1. Merci pour cet article très intéressant qui apporte des indices objectifs sur l’évolution de cette dégradation de la qualité des enregistrements. Il semble donc que le désir de sonner plus fort que les autres ne soit en rien nouveau. L’ingénieur du son des Beatles, Geof Emerick, décrit dans son livre ce désir de sonner plus grand et fort que la concurrence déjà dans les années 60.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s